El Chalten – Day 2

La nuit a été un peu agitée, le vent a soufflé continuellement et il a beaucoup plu. A croire les prévisions météo, ce doit certainement être ce qu’on appelle du beau temps en langage patagon… Notre barrière anti-vent faite de branches a parfaitement fonctionné et nous avons tout de même bien dormi. Avec tout ça, nos espoirs de voir le Fitz Roy sont au plus bas, du coup, nous prenons notre temps. A 8h30 nous émergeons de la tente pour prendre le petit déjeuner. Le temps s’est calmé et il semble que finalement les nuages veuillent bien se lever.

Nous décidons donc de poursuivre le programme initialement prévu et de monter à la Laguna de Los Tres. Nous partons légers, mais bien couverts car le vent souffle toujours. Dès le campamento Rio Blanco, le chemin attaque la pente raide. En une heure nous arrivons au lac, le temps s’est dégagé et nous profitons du panorama sur le massif du Fitz Roy et ses aiguilles. Nous savourons notre chance, un Américain à côté de nous patientait depuis 9 jours pour voir le fameux sommet.

Patagonie 2027

Heureux comme des gamins, nous mitraillons et filmons pendant une bonne demi-heure. La signification d’El Chalten, la montagne qui fume, nous apparaît plus clairement. C’est effectivement comme si les nuages émergeaient à proprement parler du sommet du Fitz Roy. Autour du maître, les aiguilles aux noms français se pressent : St Exupéry, Mermoz, Guillaumet et Poincenot vers laquelle va ma préférence pour sa silhouette élancée.

             

Le temps passe, il faut déjà redescendre. Nous rejoignons donc le camp et plions la tente après l’avoir fait sécher au soleil. Pendant que nous prenons notre repas de midi, deux Allemands arrivent planter leur tente avec leur enfant de 2 ans… moui, je ne l’aurais pas fait même avec des enfants qui aiment le camping et la rando. Sur ce nous reprenons les sacs et partons en direction du campamento de Agostini. Le profil est relativement plat, nous avançons à bonne allure, enfin surtout moi car Annaïg semble fatiguer et je dois régulièrement m’arrêter pour l’attendre. Le campamento de Agostini est atteint après 3h de marche, dont 30 minutes passées à discuter avec un couple de Français très sympathiques : Mimi et Daniel.

Patagonie 1497

Il est 17h, nous plantons la tente et préparons le repas du soir. Le menu n’est pas sans nous rappeler la maison car ce soir c’est tartiflette ! Et comme c’est notre dernier soir en trek, nous sortons le deuxième dessert exceptionnel que nous avions emporté : du riz au lait. A posteriori, ce fût un mauvais choix car le riz n’a pas cuit suffisamment et croquait sous la dent, la prochaine fois on restera sur la semoule. La journée n’a pas été épuisante, loin s’en faut, mais nous nous enfilons tout de même dans les sacs dès 19h, entre autres parce qu’il y fait bien chaud.

Le Cerro Torre est encore sous les nuages lorsque nous éteignons, mais comme les prévisions que nous avons eu à la chambre d’hôtes se révèlent, à quelques détails près, exactes jusqu’ici, nous nous laissons bercer par l’espoir que la chance a peut-être tourné et que le Cerro Torre nous attendra peut-être demain matin…

Temps
Distance
Montée
Descente
3h + 1h30
~10km + ~6km
670m
820m
(y compris A/R Laguna de Los Tres)
(y compris A/R Laguna de Los Tres)
2h
1h40′
.
.
.
.

El Chalten – Day 2
1 vote, 5.00 avg. rating (95% score)
Avec mots-clefs , , , , , , , , , , , , , , .Lien pour marque-pages : permalien.

Laisser un commentaire