Torres del Paine – Jour 7 – de Campamento Seron à Laguna Amarga

Patagonie 0829 Pour la première fois cette nuit, nous avons souffert du voisinage. Des voisines sont arrivées très tard et n’ont pas été discrètes pour monter leur tente. Pour faire le lien avec les nuits précédentes, il a encore plu presque toute la nuit. Nous sommes quand même réveillés à 7h15. Il fait frais, il pleut toujours, enfin disons qu’il tombe de la neige mouillée.

Nous préparons nos sacs à l’espace cuisine qui présente l’avantage d’être presque sec. Le temps d’avaler le traditionnel petit déjeuner et un timide soleil pointe son nez pendant quelques minutes. Nous sautons sur l’occasion pour faire sécher la tente et la plier avant que la pluie ne revienne. En Patagonie, il faut saisir la moindre occasion car elle ne se représentera peut-être plus. Effectivement, à 9h nous partons sous la pluie, elle ne s’arrêtera que quelques jeunes plus tard en sortant du massif.

Nous avons de nouveau revêtu notre tenue de pluie : pantalon, veste et gants. Encore une fois le vent souffle dans notre dos, ce qui fait que dans notre malheur, nous avons de la chance : parce qu’il nous porte et parce qu’il est plus agréable de ne pas se faire cingler le visage par la pluie. Après environ 2h de marche, la pluie disparaît, du moins en ce qui nous concerne car en nous retournant, nous apercevons un ciel bien noir dans la direction du campamento Seron. Nous n’avons pas eu une météo parfaite, loin s’en faut, mais certainement bien meilleure que celle qui attend ceux qui viennent de commencer le « O ».

Patagonie 0877 Plus on se rapproche de l’arrivée et plus le temps s’améliore. Peu après avoir quitté les bord du Rio Paine, nous pouvons enfin enlever les pantalons de pluie. Cette heureuse nouvelle est saluée comme il se doit quelques minutes plus tard par une petite averse, mais nous sommes optimistes, le soleil est de la partie. Un peu plus loin nous apercevons les Torres à travers le voile des nuages. Si si, regardez bien la photo (cliquez dessus pour l’agrandir), et vous verrez, on les devine. Alors convaincus ? Remplis d’espoir jusqu’à ras bord, nous décidons de nous arrêter manger dans la pampa en attendant que le miracle se produise. Il souffle un tel vent que nous sommes optimistes… et que nous devons nous abriter, assis derrière nos sacs-à-dos.

Après une demie heure d’incantations, nous nous renonçons à attendre plus longtemps et reprenons la route. Nous arrivons peu après sur la piste qui relie l’entrée du parc à l’Hosteria Las Torres. Ca nous fait tout bizarre de marcher sur une route, enfin sur une piste, et de voir des véhicules. A 13h, c’est l’arrivée. Nous sommes heureux, mais aussi déçus… déçus que finalement cette aventure s’arrête. Il y aura eu des moments difficiles, mais dans l’ensemble, nous n’avons pas trop souffert, nous finissons même en forme. Un peu affamés, mais en bonne forme. D’ailleurs, il y a juste un petit truc, Annaïg a tellement envie de manger de la viande que je ne sais plus son regard est signe d’amour ou si elle me prend pour un repas sur pattes !

Patagonie 0902 Sur le parking, nous avisons notre bus et nous demandons au chauffeur s’il est possible d’y monter pour faire la visite du reste du parc au lieu de rester à se geler dans le vent. Malheureusement, il est complet. Nous en sommes quittes pour sortir les doudounes, nous faire un bon thé et faire sécher la tente. Les Français que nous avions croisés après notre départ de Grey en terminent aussi, ils n’ont pas pu faire la Valle del Frances car elle était fermée à cause du vent et des chutes de neige.

Enfin, après nous être gelés pendant près de 4h sur ce parking, ce qui nous a tout de même donné l’occasion de voir des guanacos, des condors et un renard, notre bus revient pour le trajet de retour à El Calafate. Nous repassons les douanes en sens inverses. Notre petit bus s’arrête au milieu de nulle part sur le bas côté de la piste et nous fait passer dans un bus plus gros. Ben oui, pourquoi faire ça devant la douane comme à l’aller alors que nous avions le temps ?! Après un arrêt dans une station service où nous achetons un sandwich, pour compléter nos restes de barres énergétiques et noix de cajou, nous arrivons à l’hôtel vers 21H30.

Là, nous récupérons nos sacs laissés à la consigne, passons une douche et lisons nos messages grâce au Wifi de l’hôtel. Chose essentielle, nous faisons la lessives dans le lavabo car nos tenues de trek ont encore une mission : rendez-vous à El Chalten pour le prochain trek ! Mais demain, c’est relâche, nous visitons le fameux glacier Perito Moreno…

Temps
Distance
Montée
Descente
4h15′
11 à 16km
160m
210m
.
suivant les sources !
0h35′
0h40′
.
.
.
.

Utilisez les flèches du clavier pour passer d’une image à l’autre.

Torres del Paine – Jour 7 – de Campamento Seron à Laguna Amarga
0 votes, 0.00 avg. rating (0% score)
Avec mots-clefs , , , , , , , , , , , , .Lien pour marque-pages : permalien.

Laisser un commentaire